Calendrier :

novembre 2018
L Ma Me J V S D
« mai    
 1234
567891011
12131415161718
19202122232425
2627282930  

Archives :

Visiteurs en ligne

Catégorie(s) : Systèmes d'exploitation, Technologie

Nos enfants, enjeux d’une guerre d’OS

La Wallonie désire équiper ses écoles, via le programme CyberClasse, d’un réseau équipé de 40.000 postes de travail, et de 3.300 serveurs.

Et vu que les écoles pourront choisir le matériel et les logiciels qui y seront installés, la guerre des OS aura bien lieu.

En effet, le programme CyberClasse permet aux écoles de choisir entre 2 configurations de pour ce qui est du poste de travail:

  • Soit un Mac qui devra supporter le dual boot Mac OS X / Linux
  • Soit un PC qui devra supporter le dual boot Windows Vista / Linux

Les écoles pourront, en plus de ces configurations choisir entre la suite Microsoft Office ou une autre suite Open Source (apparemment, il s’agirait d’Open Office).

Ce qui fait que les différentes parties essayent de convaincre les écoles d’adopter leurs solutions.

En effet, les enjeux sont importants, et ne sont pas que financier comme le résume très bien
Gérard Guillaume :

L’enjeu est moins dérisoire qu’il n’y paraît. Microsoft n’ignore pas que le marché qui se négocie là n’est pas seulement
“le” marché informatique de l’année. C’est toute une génération d’utilisateurs à venir qui parallèlement s’ouvre ou tarde un peu
plus à s’ouvrir aux produits du géant de Seattle ou de ses concurrents gratuits d’open source. Gageons que cela pèsera aussi dans la balance.

(extrait de l’article “Mac ou PC : le matériel pourra varier dans l’école” signé par Gerard Guillaume et publié dans l’édition du samedi 29/3/2008 du journal L’Echo)

Par contre, concernant les serveurs, les jeux sont faits.

Schéma Réseau CyberClass

Schéma Réseau CyberClass


On sait déjà que c’est Apple qui fournit le matériel (des XServer avec Mac OS X Server, bien évidemment) pour les 3.300 serveurs. Ce serveur fera tourner un logiciel, CyberMedia qui devrait faciliter grander l’administration des postes de travail dont il aura la charge.

La solution Apple fut retenue

sur base des évaluations des écoles pilotes, des services du MET et d’une étude universitaire

dixit le site de CyberClasse

Nous aimerions connaitre les avis des personnes qui devront gérer ces serveurs, et administrer les réseaux dans les écoles.

Catégorie(s) : Safari, Technologie

WebKit et Opera ont passé le test Acid3. Mais est-ce cela le plus important ?

Ce mercredi, Opera a annoncé avoir réussi à passer le test Acid 3.

(Le test Acid 3 a été mis sur pied pour vérifier le rendu des navigateurs web lors de l’utilisation de fonctionnalités qu’on retrouve de plus en plus sur les sites web dynamiques.

Quelques instants plus tard, c’était au tour des développeurs de WebKit (le moteur de rendu utilisé par Safari) d’annoncer qu’ils avaient passé le test Acid3.

Et l’équipe de WebKit furent les premiers à le prouver réellement, en mettant à disposition dès le lendemain, une version publique de WebKit, permettant à tout le monde de voir par eux-même que WebKit atteint bien le score de 100%.

Opera a, quand à lui, rendu hier une version publique de leur navigateur, tout en indiquant ceci

Still, we do not recommend using this build for regular Web surfing as it lacks some of the security-related features found in our regular desktop versions

ce qui n’encourage pas vraiment à utiliser Opera.

Mais est-on vraiment mieux logé avec WebKit ?

Lorsqu’on sait qu’il n’aura fallu que 2 minutes pour que le Mac Book Air mis à disposition lors d’un concours de hacking tombe dans les mains d’un “hacker”, et cela grâce à une faille de Safari (qui utilise Webkit comme moteur), on peut également se poser des questions sur la fiabilité de ce navigateur.

A notez que les propos tenus par le hacker laissent entendre qu’il a bien profité d’une faille présente dans Safari 3.1, la toute dernière version de Safari. Mais il nous est impossible de savoir si cette faille existe encore dans la toute dernière version de WebKit.

La fondation Mozilla a décidé, elle, de rester concentré sur la sortie de FireFox 3.0 (prévue pour juin de cette année).

Shaver, sur son blog, dit ceci à propos du test Acid3 et de FireFox 3.0 :

We’re still taking fixes for important issues, but virtually none of the issues on the Acid 3 list are important enough for us to take at this stage. We don’t want to be rushing fixes in, or rushing out a release, only to find that we’ve broken important sites or regressed previous standards support, or worse introduced a security problem

Ce qu’on pourrait traduire par

Nous sommes toujours occupés à fixer certains problèmes importants. Et virtuellement aucun des problèmes soulevés par le test Acid3 sont suffisamment importants pour qu’on s’en occupe à ce stade ci. Nous ne désirons pas nous précipiter en fixant des problèmes ou en sortant une nouvelle version, uniquement pour remarquer par la suite que certains sites importants ne s’affichent plus comme il faut, ou qu’on ne supporte plus comme il faut les standards précédents, ou, pire encore, qu’on aurait introduit un problème de sécurité.

Bref, oui WebKit et Opera ont rendu public des versions de leur navigateurs qui passent le test Acid3. Et oui, ca leur a permis d’avoir leur moment de gloire sur internet.
Mais, à choisir, on aurait aimé, en tant qu’utilisateur d’internet, qu’ils passent leur temps à rendre leur navigateur plus stable et plus sécurisé.

Finalement, dans cette course-là, ce sera peut-être la fondation Mozilla qui aura fait le bon choix. Nous verrons, dans quelques semaines, qui avait raison.

Catégorie(s) : Systèmes d'exploitation, Technologie

MacIntel: une bénédiction pour les solutions virtuelles

Depuis l’abandon de le plateforme PowerPc pour la plateforme Intel, les solutions virtuelles fleurissent de tous les cotés.

Voici un petit résumé de la situation actuelle.

Lors du passage à Mac OS X pour les machine MacPPC, les applications Mac OS 9 continuaient à tourner (tant bien que mal) grâce à Classic.

Lors du passage de MacPPC vers MacIntel, les applications MacPPC continuaient à tourner grâce à Rosetta.

Mais cela n’était qu’un début.

Depuis le passage à MacIntel, les utilisateurs Mac ont maintenant le choix. Entre Parallels qui vient de sortir sa version 3, et VMWare Fusion qui est encore en béta, il existe également VirtualBox, seule solution disponible gratuitement, mais également en Béta1.

Ces solutions nécessitent toujours, si vous désirez faire tourner Windows, que vous achetez une licence Windows.

Faites bien attention ici. Car Microsoft nous a encore joué un beau petit tour.

En effet, seules les licences de Windows Vista Ultimate et Windows Vista Business vous permettent de faire tourner OS dans une PC virtuel.

Cela n’est pas valable semble-t-il pour Windows XP.

Cider permet de faire tourner les jeux Windows sous MacIntel.

CrossOver permet de faire tourner les applications Windows sous MacIntel.

Ces deux programmes sont des “forks” commerciaux de Wine, bien connu des utilisateurs Linux. Leur particularité est qu’ils ne nécessitent pas l’achat d’une licence Windows, ni la création d’une partition Windows sur le disque.

Chacun de ces produits ayant ses spécificités. Ainsi, Cider met l’accent sur les jeux. CrossOver lui met l’accent sur les applications bureautiques.

Et vous, quelle solution utilisez-vous pour faire tourner vos applications Windows sous Mac OS X ? C’est ce que nous aurions aimé savoir.